Menu_fleche_noir

Le cabinet de curiosités

Le Cabinet de Curiosités

Légèrement à l’écart de la Grande Galerie où sont accrochées aux cimaises des œuvres reconnues (ou non) mais dont le rassemblement entend faire sens autour d’un cinéaste, d’un style, d’une thématique, etc., le visiteur peut aussi pénétrer dans le Cabinet de Curiosités. Là sont offertes au regard des œuvres de tout format (long, court…) et de toute nature (fiction, documentaire, animation, expérimental…). Ce ne sont ni Caligari ni des figures de cire qui sont exposés dans ce Cabinet ; ce sont des films singuliers – à voir dans leur singularité, pour eux-mêmes et non pour leur place dans un ensemble plus large.

Sérieux comme le plaisir, ce Cabinet fait appel à la curiosité du spectateur et à son désir de « chiner » pour trouver ou re-trouver un objet qui enrichira sa collection cinéphile.

Ultimatum | Robert Wiene

1938. France. 85 min. Noir & blanc. 35 mm.
Avec Erich von Stroheim, Dita Parlo, Abel Jacquin

Le dernier film de Robert Wiene (l’auteur du célèbre Cabinet du docteur Caligari), remplacé par Robert Siodmak (le futur réalisateur des Tueurs avec Burt Lancaster et Ava Gardner) avant la fin du tournage. Un drame et un film d’espionnage sur le modèle militariste qui s’imposait en cette fin des années 1930. Nous sommes à la veille de la Seconde Guerre mondiale, mais l’action se situe à l’aube du premier conflit mondial. L’archiduc François-Ferdinand vient d’être assassiné à Sarajevo. L’Autriche envoie un ultimatum à la Serbie. Les services sont en ébullition. Aux aguets. Que va-t-il se passer ? Au milieu de cette tourmente, un couple. Elle est autrichienne, il est lieutenant dans l’armée serbe…

> Mardi 17 novembre à 19h (salle 2)

Kung-fu wu-su | Jean-Luc Magneron

1977. France. 127 min. Couleurs. 35 mm.
Dans les années 1970, une kung-fumania s’empara du monde. Bruce Lee était dans toutes les cours de récréation et peu passèrent entre les mailles du tatami. Jean-Luc Magneron, dont on a pu voir l’incroyable Vaudou au cours du cycle « Explorations », en était également un adepte, initié aux arts martiaux comme au vaudou. Il réalise ici un documentaire sur la pratique du kung-fu à travers le monde, pénétrant avec sa caméra dans des temples jusque-là secrets à la rencontre des maîtres de cet art de la maîtrise de l’énergie. Spectaculaire. Enter the Dragon !

> Mardi 8 décembre à 19h (salle 2)

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Numéro deux | Jean-Luc Godard

1975. France. 88 min. Couleurs. 35 mm.
Avec Jean-Luc Godard, Sandrine Battistella, Pierre Oudrey
Tourné en vidéo, un essai godardien en forme d’autoportrait. Les prémices de son travail actuel. Une réflexion du monde à travers une réflexion sur l’image et les sons. Godard analyse la famille à travers le quotidien d’un jeune couple, en même temps qu’il interroge le cinéma, dans sa forme et dans sa nature même, tout en se demandant, alors qu’il est à la croisée de sa carrière, quelle peut bien être sa place dans le paysage cinématographique d’alors.

> Mardi 13 octobre à 19h (salle 2)